Autor: Noy, Francesc. 
 La Catalogne autonome. 
 Un contrôle progressif de tout le système éducatif     
 
 Le Monde.    07/11/1978.  Página: 33. Páginas: 1. Párrafos: 19. 

LE MONDE — Samedi 7 novembre 1981 — Page 33

Autonome

Un contrôle progressif de tout le système éducatif

par FRANCESC NOY (*)

LA situation actuelle de la langue catalane et ses rapports avec lé castillan constituent un phénomène

probablement unique et en tout cas bien différent des relations ordinaires entre une langue dominante et

une langue dominée. D´habitude la langue dominante employée par l´administration publique devient la

langue de la culture, parlée par les habitants des villes, par la classe dirigeante tandis que la langue

dominée, progressivement reléguée à l´usage familier, devient la langue des paysans, de l´inculture, à tel

point que même parfois ses usagers évitent de l´employer devant des étrangers. Ce schéma ne correspond

absolument pas aux rapports entre le catalan et le castillan.

Le catalan est une langue romane, dont le premier document écrit remonte au douzième siècle, sœur du

français, du castillan, de l´italien. Au Moyen Age, pendant les siècles d´indépendance catalane et

d´expansion méditerranéenne, le catalan était une langue officielle à la Cour de Barcelone et aussi

instrument d´expression culturelle et scientifique. L´emploi officiel et culturel de la langue catalane

continua jusqu´à l´avènement des Bourbons au trône d´Espagne au début du dix-huitième siècls. En 1768,

le roi Charles III interdit l´enseignement en catalan. Mais le souvenir de sa splendeur ne s´effaça jamais de

la conscience du peuple.

Au cours du vingtième siècle et à partir de 1914, suivant les avatars politiques, le catalan récupéra et

perdit plusieurs fois son usage administratif et dé support pour l´enseignement. Malgré les difficultés, les

Catalans continuèrent à maintenir vivante leur langue. Aujourd´hui, après des longues années de

répression, le catalan a récupéré son rôle de angue de l´administration publique catalane.

A la fin de 1981, l´édition annuelle de livres en catalan atteindra le chiffre encourageant de 1500 titres.

L´emploi culturel du catalan est actuellement assuré par les trois universités de Catalogne professant la

moitié des cours en langue catalane. A l´exception d´un noyau significatif mais peu nombreux de

fonctionnaires et de professionnels, le catalan est la langue des industriels, des professions libérales, des

cadres... tandis que le castillan est parlé par les ouvriers non qualifiés, constituant néanmoins 50 % de la

population depuis les grandes vagues d´immigration.

En septembre 1978, la Généralité a obtenu :

Premièrement : l´enseignement obligatoire et parallèle du catalan et du castillan pour tous les enfants

jusqu´à quatorze ans, que la possibilité pour les enfants parlant catalan de suivre leurs études dans la

langue maternelle; deuxièmement : la création de chaires de langue et littérature catalanes dans

l´enseignement secondaire et professionnel, avec obligation de suivre des cours de catalan sans supprimer

bien entendu l´étude du castillan; troisièmement: la titularisation de six cents professeurs de catalan qui de

façon officieuse enseignaient déjà dans les écoles ; quatrièmement : la généralisation de l´enseignement de

la langue et de la culture catalanes aux centres de formation de nouveaux professeurs et l´établissement

d´un programme officiel de recyclage.

De nombreux et sérieux problèmes

Heureusement, les nouveaux dirigeants catalans ne partaient pas de zéro. En effet, pendant l´époque

franquiste, malgré les persécutions, l´usage non officiel du catalan oral et écrit n´avait pas cessé. D´abord

dans la clandestinité et avec la tolérance du régime après, les Catalans créèrent des institutions pour

l´enseignement de leur langue et de leur culture « Omnium Cultural (1961) », Ecole d´instituteurs Rosa

Sensat (1965), ils organisèrent aussi des cours dans les universités, forgeant ainsi les outils qui ont servi à

l´épanouissement des trois dernières années.

Les quatre points du décret de septembre 1978 ont été .réalisés, et l´enseignement du catalan était en voie

de récupération.

La Généralité est maintenant responsable des bâtiments scolaires des services administratifs, techniques et

enseignants dépendant jusqu´alors du ministère de l´éducation nationale, et comprenant à peu près trente

mille fonctionnaires. Elle doit établir les nouveaux programmes d´études, respectant néanmoins les

normes générales dictées par l´Etat espagnol. Elle peut accorrder des subventions à l´enseignement privé,

décerner des bourses d´études et prévoir des investissements. Jamais l´autonomie catalane n´a possédé une

telle autorité sur l´éducation.

Dès janvier 1981, de nouveaux programmes étaient établis et appliqués. L´efficacité ´de la nouvelle

administration éducative a déjà donné des résultats, c´est ainsi qu´actuellement le catalan est enseigné

obligatoirement dans la totalité des centres d´enseignement de Catalogne sans exception (mille quatre

cents enseignants professent dans les écoles publiques). Par ailleurs; 12 % de la totalité des écoles du

territoire enseignent en catalan.

C´est ainsi que les enfants des parents le souhaitant peuvent recevoir l´éducation en langue catalane.

Malgré ces résultats encourageants, le département d´enseignement de la Généralité doit faire face à de

nombreux et sérieux problèmes:

1) Améliorer la qualité de l´enseignement, très insuffisant dans un pays comme l´Espagne,

qui ne consacre à l´éducation nationale que 2,2 % du produit national brut (5,8 % pour les pays de la

Communauté européenne, 6,2 % pour .ceux .d´Amérique du Nord et 6,6 % pour les pays africains de la

Méditerranée) ;

2) Augmenter ´ le . pourcentage des écoles publiques ;

3) Promouvoir le recyclage des professeurs pour renseignement en catalan (actuellement de près de dix

mille sur soixante mille, la demande d´inscription pour 1981 étant dé seize mille).

Il manque encore le transfert à la Généralité de l´enseignement universitaire, conditionné jusqu´à présent à

l´approbation définitive de la loi d´Autonomie universitaire par le Parlement de Madrid. Mais, depuis

1978, les trois universités catalanes se sont assemblées, créant un conseil interuniversitaire présidé par te

conseilla d´enseignement de la Généralité. Lé transfert de l´enseignement supérieur et de la recherche doit

avoir lieu dans les mois à venir.

Le travail réalisé durant ces quatre années est important et ouvré la voie à une rapide normalisation de

l´emploi et de l´enseignement de la langue catalane: Cette célérité peut sembler un miracle. Mais c´est

grâce à la volonté opiniâtre du peuple catalan, qui a Voulu et a su toujours défendre sa langue, sa culture

et son identité nationale, et aussi parce que durant trente-six ans de la dernière et la plus forte des

persécutions, le peuple n´a jamais perdu la foi ni l´espoir et a réussi à construire petit à petit, malgré toutes

les adversités, les outils du redressement.

(*) Secrétaire général du département d´enseignement de la Généralité.

 

< Volver